Home / Posts tagged "insider" (Page 5)

Faire du shopping à Berlin – Mon top 5

J’aimerais vous donner quelques bons plans et bonnes adresses pour faire du shopping à Berlin si vous avez envie de ressembler à un hipster (ou à autre chose d’ailleurs !). Il y en a pour tous les budgets, de 0 à 80 euros ! Par ailleurs, faites attention, les tailles ne sont pas les même en France et en Allemagne : Un 38 en Allemagne équivaut à peu près à un 40 en France !

1 # Les „laissés-pour compte“ – Budget moyen : 0 Euro

L’été, on trouve de tout au bord des routes berlinoises : de la vaisselle, des fauteuils, des livres et… des vêtements. Ceux-ci sont mis à disposition des passants gratuitement. Les premiers venus sont les premiers servis ! Ça vous dit un petit tour dans Berlin à la recherche de votre nouvelle garde-robe ?

2 # Le fait-main – Budget moyen : 10 Euros

Et celui-là c’est mon préféré, parce que porter ses propres créations, c’est le must ! P. s’est mis au tricot et a sorti son premier bonnet, Mlle Bwing s’est mis à la couture et vient de créer sa propre jupe ! Je trouve le concept de réinventer la mode simplement génial ! Ayant hérité d’un vieille machine à coudre (30 ans d’âge !), je viens tout juste de m’y mettre ! Des photos de jolies trousses à maquillage cousues main seront d’ailleurs bientôt visibles sur le blog. Je sais, en plus d’être un hipster, le Salon de Thé devient un blog  girly  !

Pour trouver tout le matériel nécessaire pour la couture, pas besoin d’aller dans les boutiques onéreuses, vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour la couture sur le marché turc de Neukölln tous les samedis : fil, aiguilles, fermetures éclaires dentelle, ainsi que des tissus superbes aux motifs, aux matières et aux couleurs les plus variés et les plus tendances. Le prix du mètre de tissus varie de 3 à 5 euros.

Le Stoffmarkt de Neukölln
neukoellner-stoff.de
Maybachufer
12047 Berlin
Tous les samedis de 11h à 17h

Continue reading

Joujou et son grand orchestre dans le bar Artliners

joujou et son grand orchestre

@ Joujou et son grand orchestre

Le weekend dernier, nous avons décidé d’organiser une petite soirée francophone dans un bar très… allemand. Nous avons eu vent de ce concert par la copine d’un type qui bosse avec un autre gars qui connaissait les artistes qui se produisaient sur scène (voilà encore un joli cas de bouche-à-oreille qui fonctionne !). Arrivés dans le bar Artliners à Friedrichshain, ça ne payait vraiment pas de mine : une vieille tapisserie aux couleurs passés, de style RDA, aux motifs psychédéliques, une boule à facette kitch qui renvoyait de multiples couleurs fluo sur les murs et un bar où étaient accoudés les habitués du comptoir… Bref un véritable bar berlinois, pas hipster pour un sou ! Au moins, ce n’était pas bondé et on avait de la place pour s’étaler. Et pourtant, au mur, il y a avait des toiles magnifiques d’art moderne et abstrait qui contrastaient étrangement avec le reste.

Il n’y avait, au début presque personne, nous avons donc pu nous choisir une grande table juste devant la toute petite scène. Joujou et son grand orchestre est composé de deux hommes : l’un à la guitare acoustique, vêtu d’un T-shirt rayé petit marin, l’autre, un béret vissé sur le crâne, avec un accordéon en guise d’orchestre. C’est un peu cliché et caricatural, non pas sans une note d’humour et d’autodérision. Pendant plus de deux heures, ils ont chanté des chansons françaises des plus grands auteurs compositeurs de notre temps : Edith Piaf, Brel, Gainsbourg… etc. Un vieil homme aux lunettes rondes et regard fou, danse comme un beau diable au milieu de la scène et nous reprenons en cœur les interprétations très personnalisées de « Milord » d’Edith Piaf et d’« Amsterdam » de Brel, un peu nostalgiques.

“Von Liebe, Tod und Leidenschaft, Krieg und Suff, Piraten, kleinen Gaunern und Huren in den Pariser Straßen und Häfen erzählen die Lieder der beiden französischen Künstler.” (source : joujou-grand-orchestre.de)

Traduction : Les deux artistes français racontent en chanson l’amour, la mort, la passion, la guerre, l’alcool, les pirates, les petits escrocs et les prostituées des rues de Paris et des ports.

Continue reading

A la patinoire de Neukölln, entre chien et loup

La patinoire de Neukölln

@ Salondetheberlinois.com

Jusque-là, nous avons eu un hiver tout doux avec de très belles journées, avec un temps sec, un ciel bleu et des couchers de soleil irréels. Et pourtant, on attend encore la vague de froid avec angoisse. Ce dimanche-là, nous avons décidé de partir faire du patin à glace juste à côté de l’ancien aéroport de Tempelhof, là où il y a un énorme complexe sportif que je n’avais, jusque-là, jamais vu ! L’Eisstadion de Neukölln offre même deux patinoires en plein air très grandes – il ne s’agit pas de tourner en rond comme à la minuscule patinoire d’Alexanderplatz – qui proposent assez de places aux débutants comme moi qui sont de véritables boulets sur patins. Bon vous l’aurez compris, le patin à glace, c’est pas mon truc bien que l’une de mes potes me dise pour me rassurer : imagine toi dans un tutu pailleté, virevoltant sur la glace avec grâce et volupté !

Mes recommandations

Toutefois, je recommande la patinoire de Neukölln à tous les amateurs de glisse. Par ailleurs, l’entrée et la location de patins ne sont pas très cher ! Nous avons peut-être attendu 45 minutes pour pouvoir avoir nos patins car la file était longue. Je vous recommande donc de ne pas y aller le week-end à 15h de l’après-midi, car c’est envahi par les enfants ! Ceux-ci n’ont peur de rien et si certains se cassent la figure toutes les 5 minutes, d’autres se débrouillent vraiment très bien.
Etant donné que c’était en plein air, nous avons pu profiter d’un magnifique coucher de soleil avec un ciel rose qui virait au mauve. Que ceux qui disent que le ciel de Berlin est tout le temps gris lèvent de temps en temps la tête, car il n’y a rien de plus beau que l’irréalité des couleurs fantasmagoriques du ciel berlinois, entre chien et loup.

Continue reading

Le cirque musical – Soirée électro-swing au Hangar 49

cirque2

Je vous invite cette-fois ci à découvrir le monde merveilleux du cirque et des soirées électro-swing au Hangar49, une boite berlinoise un peu underground et alternative. Attention, il ne s’agit pas de cirque traditionnel avec des dompteurs et des clowns au nez rouge. Non ce cirque-là est féerique, enchanteur et très esthétique. Entre acrobaties périlleuses, saxophone et swing entrainant, cette nuit qui précédait le jour de la réunification allemande (le 3 octobre) était tout simplement magique ! Je vous conseille donc ces soirées un peu alternatives et underground dans un lieu magique un peu caché, sur les bords de la Spree.

♪Pustefish Swingboppers – swinguez !♪

Pendant que le groupe d’artistes français talentueux (Pustefish Swingboppers, un nom imprononçable !) joue du saxo et de la guitare sur des airs de swing, je suis assise bien confortablement dans un fauteuil, à côté des fenêtres qui donnent directement sur la Spree. On se croirait un peu sur un bateau. En face de moi, il y a un gars stoïque qui ne sort pas un mot et fume cigarettes sur cigarettes, les yeux cachés par son grand chapeau. Parfois, il se lève et se met à danser, comme s’il était en transe. Une autre jeune femme, cheveux courts à la garçonne et sourire narquois s’élance sur la piste avec son sac jaune qu’elle fait tournoyer autour d’elle. Elle le pose au milieu de la piste de danse et swingue avec un autre danseur, barbu avec un long manteau rapiécé. Parfois, la drag-queen blonde Zoé fait des apparitions, tantôt enveloppée dans une fourrure blanche soyeuse et imposante, tantôt dans une petite robe noire que je lui envie. Perchée sur ses talons verts pailletés, elle prend la pose devant le photographe de la soirée. E. danse, M. frissonne et je me laisse maquiller par les artistes dans le coin de la scène. Je finis les yeux tout pailletés et rouge vifs avec des perles roses sur les tempes (qui ressemblent à des pustules). Pas très discret, si bien que je me suis fait plusieurs fois héler dans la rue,  mais très drôle !

Continue reading